Actualités, conseils, trucs et astuces à propos de l'immobilier

15/09/2015

Hausse ou baisse des prix de l’immobilier ?

Pouvez-vous nous donner votre avis sur le marché immobilier résidentiel ?

« Je vous rassure, le marché immobilier belge reste d’une grande stabilité et la demande est toujours positive. Les prix dev​raient en effet rest​er stables cette année : + 0,5% pour les mais​ons, + 0,4% pour les app​art​em​ents, et ­0,7% pour les vill​as. Seuls les terr​ains à bâtir dev​raient voir leur prix augm​ent​er (+ 2,8%). Le marc​hé est sout​enu par des taux d’int​ér​êt hist​or​iq​ue​ment bas, ce qui a apporté un peu d’oxygène. En 2015, l’imm​ob​il​ier dev​rait donc rest​er fidèle à sa rép​ut​at​ion d’inv​est​iss​em​ent sûr. En effet, à plus long terme, je pense que les risques d’effondrement du marché sont limités. Notons néanmoins qu’une correction des prix s’est fait ressentir depuis 2008. »

Pourtant, il  y a quelques mois, j’ai vu que l’immobilier belge était surévalué de 60%, pouvez-vous nous en dire plus ?

« Ce chiffre a en effet été cité par le Fonds Monétaire International (FMI) et par d’autres organisations nationales et internationales. Cette donnée a été calculée suivant le rapport entre le prix des logements et les revenus, mais aussi le rapport entre la valeur des biens et les loyers. Je tiens à préciser que d'autres facteurs entrent en ligne de compte pour déterminer la valeur d’un logement, à commencer par le rapport entre l'offre et la demande. Je pense que ces cris d’alarme ne sont pas nouveaux, mais ils ne se sont jamais concrétisés en réalité. Par exemple, en 2013, il était annoncé un fléchissement important des prix, et cette diminution n’a pas eu lieu : l’immobilier belge a au contraire très bien résisté ! Le prix de l’immobilier a connu une véritable hausse ces dernières décennies, mais comme expliqué, le marché s’est aujourd’hui stabilisé. »

Faut-il dès lors rester confiant dans la brique belge ?

« Bien que je ne dispose pas (encore) de boule de cristal, je pense que nous pouvons rester confiants en notre marché! Si une baisse de l’immobilier devait se produire, il s’agirait d’une correction, mais certainement pas d’une catastrophe. »